+1 819 328 8973 139 rue de Dunière, Gatineau QC, Canada Mon - Sun 8.00 - 18.00.

CONSULTANT(E) NATIONAL(E) EN CHARGE DE LA REALISATION D’UNE L’ETUDE SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE SUR LES FACTEURS SOCIO-ECONOMIQUES, LES NORMES ET PRATIQUES CULTURELLES FAVORISANT LES VIOLENCES BASEES SUR LE GENRE

Les provinces du Nord/Sud Ubangi et Bas-Uélé
négociable Expires in 5 mois

JOB DETAIL

AVIS DE RECRUTEMENT D’UN(E) CONSULTANT(E) NATIONAL(E) EN CHARGE DE LA
REALISATION D’UNE L’ETUDE SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE SUR LES FACTEURS SOCIO-ECONOMIQUES, LES NORMES ET PRATIQUES CULTURELLES FAVORISANT LES VIOLENCES BASEES SUR LE GENRE.

 

N°_01022/CIAUD                                                                                                                           Date : 30/06/2022

Pays : République Démocratique du Congé
Projet : Protection des réfugiés
Titre du poste : Consultant(e) de compétence nationale en charge de
la réalisation de l’étude socio-anthropologique sur les facteurs favorisant les violences basées sur le genre
Lieu d’affectation : Gbadolite, avec missions au camp de Inke et Bili village pôle de développement de SIDI .
Type de contrat : Contrat de prestation
Durée de la mission : 30 jours de travail effectifs répartis sur une durée totale
n’excédant pas 45 jours calendaires.

  1. Contexte :

L’opération du HCR en RDC à la date du 31 janvier 2022 enregistrait 521 771 refugies et demandeurs d’asile. Et 5,6 millions de personnes déplacées internes (PDI). Fin 2021, la population centrafricaine réfugiée en RDC était de 212.505 individus répartis dans les camps (24,3%) et hors camp (75,7%), plus précisément dans les localités provinciales du Bas Uele (23,3%), Sud Ubangi (21,3%) et Nord Ubangi (55,3%), dont les femmes représentent 54% et les hommes 46% de la population totale.

Il est important de noter que ces populations sont couvertes par le bureau de la sous-délégation de Gbadolite (74.733 réfugiés dans le camp d’Inke et hors camps y compris le village pôle de développement), le bureau de terrain de Yakoma (63.964 réfugiés dans le camp et hors camps y compris le village pôle de développement), le bureau de Libenge (45.204 réfugiés dans les camps et hors camp y compris le village pôle  de développement) et le bureau de terrain de Bili (28.604 réfugiés qui sont dans les camps et hors des camps y compris le village pôle de développement).

Dans l’ensemble, la population réfugiée sous mandat du HCR en ex-Equateur a augmenté de 18,2% au cours de l’année 2021. Cette augmentation se justifie en grande partie par des récents afflux de demandeurs d’asile en provenance de la République centrafricaine entre janvier et mars 2021 dans les principales localités de Ndu, Limassa, Yakoma, Zongo, Nzakara, Monga, Sidi, Boduna, Sambolola et Congo Rive. Cette augmentation peut également s’expliquer par l’enregistrement de 2.824 nouvelles naissances parmi les réfugiés au cours de l’année.

Au cours de l’année 2021, 570 incidents VBG ont été rapportés et suivis au niveau de la sous-délégation du HCR a Gbadolite avec la contribution des agences sœurs, des acteurs étatiques, des associations de la société civile et des ONG partenaires et opérationnels. Cependant force est de constater qu’aucune étude ou évaluation sur les VBG n’a été faite au cours de ces dernières années en vue d’identifier les risques de VBG auxquels les populations sont confrontées pour une meilleure prévention, atténuation des risques et réponses aux cas de VBG.

La réalisation de cet audit de sécurité VBG dans les provinces du Nord et Sud-Ubangi permettra de contribuer à la recherche sur les risques de VBG pour les filles, les femmes, les garçons et les hommes parmi les refugies.

  1. Objectifs de la consultance :

L’objectif de la consultation est de présenter un aperçu des facteurs socio-économiques, des normes et pratiques culturelles favorisant les violences basées sur le genre et partager des recommandations visant à réajuster les stratégies de prévention et de réponses aux cas de VBG et initier des dialogues communautaires sur la modification des pratiques discriminatoires perpétuant les violences basées sur le genre.

L’étude devra répondre aux objectifs spécifiques suivants :

  • Obtenir un niveau de compréhension approfondi sur les déterminants socioculturels et anthropologiques et les barrières qui influencent les normes et pratiques favorisant les VBG dans les zones choisies ;
  • Identifier et analyser les risques de VBG par secteur (WASH, NFI, Nutrition, Santé, Éducation, etc.) ;
  • Comprendre les mécanismes communautaires de réponse, de prévention et de mitigation aux risques et/ou vulnérabilités identifiés ;
  • Recommander des mesures d’atténuation à suivre collectivement par les acteurs humanitaires et/ou de développement pour réduire les risques et/ou les vulnérabilités identifiées.
  • Proposer un plan d’actions clair et sectorisé pour l’intégration des réponses aux risques identifiés ;
  • Renforcer la capacité des partenaires non spécialisés en VBG sur la conduite d’audit de sécurité (sécurisé et respectant l’éthique).
  1. Livrables attendus

Les prestations demandées à l’expert(e) national(e) s’articulent autour de la livraison des

Produits suivants :

  • Livrable 1 : Un rapport initial intégrant une méthodologie détaillée de la mission, un plan de travail avec chronogramme, et le mapping des documents existants dès sa prise de fonctions, le/la consultant(e) national (e ) disposera de 5 jours ouvrables pour proposer un rapport initial. Ce rapport servira à affiner la méthodologie de l’étude sur la base des rencontres et informations préliminaires récoltées. Le rapport initial indiquera aussi le plan et le chronogramme du travail et d’analyse de données qualitatives et/ou quantitatives qu’il/elle préconise.
  • Livrable 2 : Un rapport provisoire de l’étude : 20 -ème jour de mission

Cette ébauche du rapport sera présentée pour consultation et enrichissement.

  • Livrable 3 : Le rapport final de l’étude : 30 -ème jour de mission.
  1. Composition du dossier de candidature

Une proposition technique incluant :

  • Une lettre de motivation adressée au Directeur pays CIAUD justifiant son intérêt pour la mission, ses capacités et son engagement à la réaliser de manière exhaustive, qualitativement et dans les délais prévus ;
  • Les copies des diplômes, certificats, attestations de bonne fin de service et autres, pertinents pour la mission ;
  • Un curriculum vitae détaillé mettant en relief, de manière claire et précise, les domaines d’expériences et de réalisation pertinents (institution cliente , objet de l’étude, année de réalisation et résultats obtenus), qualifiant le/la candidat (e ) pour la présente mission ainsi que les contacts téléphoniques et les adresses email d’au moins 3 personnes de référence pouvant valablement attester de la capacité du/de la candidat (e ) à réaliser, en qualité et dans les délais, la mission de consultance ainsi que de vos qualités professionnelles et morales ;
  • Une note explicative sur la compréhension des Termes de Référence et l’exposé pertinent du candidat/de la candidate, de ses qualifications et compétences probantes et documentées, y compris les références aux missions de nature, contexte, volume et complexité similaires à celle envisagée dans les présents TDRs, à la réaliser en qualité et dans les délais prévus de la mission ;
  • Une offre financière incluant : les honoraires du consultant, précisant, sur la base de l’approche forfaitaire, le montant des indemnités journalières, le nombre de jours de travail prévus, sur la base de produits/livrables précis et mesurables (qualitatifs et quantitatifs), même si les paiements seront effectués par tranches ou en une seule fois à l’achèvement total du contrat.

L’offre financière devra spécifier le montant forfaitaire total ainsi que l’échéancier de paiement en fonction des délivrables mesurables (qualitatifs et quantitatifs) – paiement en tranches ou après accomplissement du travail. Les paiements sont basés sur les produits spécifiés dans les TDR. Pour faciliter la comparaison des offres financières, l’offre devra mentionner le détail du montant forfaitaire global (per-diem, jours de travail, etc.).

Désignation Unité Montant Nombre/qté Montant
Honoraire Jour
Perdiem s’il y a (suivant le chronogramme de mission et en cohérence avec cette planification) Jour
Frais de communication téléphone Forfait mensuel

Exemple de présentation de l’offre Financière

  1. Qualification et expériences requises

Le/la consultant(e) national(e) retenu(e) pour effectuer cette mission devra disposer des qualifications suivantes :

Formation :

Être titulaire au minimum d’un diplôme de niveau Maitrise/Master en genre, sociologie, droit ou toute autre discipline pertinente.

Expérience de travail :

  • Au minimum 3 ans d’expérience professionnelle dans le domaine de genre et des droits humains, y compris dans le domaine Femmes et dans la prévention/réponse aux cas de VBG, notamment la réalisation de manière concluante, documentée d’au moins 2 (deux) missions d’objet et de complexité similaire ;
  • Expériences précédentes dans le domaine de l’élaboration participative et inclusive de programmes et d’études sur les facteurs favorisant les VBG, notamment la réalisation de 2 (deux) études d’objet et de complexité similaire dans le contexte de la république démocratique du Congo ou de la République Centrafricaine ;
  • Une connaissance du contexte des zones cibles serait un atout.

Langue :

  • Excellente maîtrise du français écrit et parlé ;
  • La maitrise de l’anglais serait un atout ;
  • Connaissance du Sango, Ngbandi, Mono et du Lingala.

Tout(e) candidat(e) ne remplissant pas l’une des conditions de sélection citées ci-dessus sera exclu(e) du processus.

Compétences de base :

  • Connaissances approfondies dans les questions des VBG, en particulier dans le contexte de la RDC ;
  • Connaissance des concepts, principes et outils liés à la prévention et aux réponses aux cas de VBG ;
  • Expertise en processus inclusifs d’étude, de recherche et de formulation de recommandations sur des stratégies politiques en lien avec les VBG ;
  • Expérience dans un contexte d’urgence, de mouvement transfrontalier de population et de pays en voie de développement, en particulier dans la collaboration avec les autorités nationales, les organisations de la société civile et les partenaires techniques et financiers.

Compétences liées à l’UNHCR et au CIAUD-Canada :

  • Démontre son intégrité par le respect des valeurs et de l’éthique des organisations humanitaires ;
  • Promeut la vision, la mission et les buts stratégiques des organisations humanitaires ;
  • Respecte les différences culturelles, de genre, de religion, de race, d’âge et de nationalité ;
  • Traite ses collègues équitablement et sans favoritisme.

Compétences liées au poste :

  • Expertise technique : Démontre sa compétence technique dans le domaine d’expertise requis ; Fait preuve d’une capacité à comprendre son environnement, sur le plan organisationnel et stratégique ; transmettre sa connaissance à travers tout support approprié (note, présentation orale, etc), proposer des options programmatiques et offrir des solutions pragmatiques aux défis rencontrés ;
  • Capacité d’analyse et de synthèse : Excellente capacité à analyser une situation et à en transmettre la synthèse. Aptitude à articuler des options et faire des recommandations basées sur une analyse circonstanciée ;
  • Capacité de développer des études avec des plans d’action : Excellente capacité dans, le développement de plans d’action, de formulation des objectifs stratégiques et de les traduire en objectifs opérationnels ;
  • Capacités de rédaction : Excellentes capacités rédactionnelles en français ;
  • Travail en équipe : Aptitude à travailler en étroite collaboration avec le supérieur hiérarchique, les collègues du projet et de la sous délégation de Gbadolite. Possible synergie d’actions avec les collègues du HCR, les acteurs nationaux ainsi que toute autre personne concernée par le projet, et capacité à maintenir de bonnes relations de travail dans le respect de la diversité ;
  • Communication : Démontre de bonnes capacités de communication orale et écrite ; cela inclut notamment la capacité à rédiger des rapports et faire des présentations orales ; transmettre des positions institutionnelles sur des questions difficiles ;
  • Maîtrise personnelle : Aptitude à travailler sous pression dans un environnement complexe et évolutif. Capacité à travailler de façon impartiale, avec tact et discrétion. Une forte disponibilité avec des déplacements sur les sites concernés par le projet.
  1. Critère d’évaluation technique

Les candidats qui auront plus de 70% des points seront retenus pour l’étape suivante.

Le tableau des critères techniques

Évaluation technique Notes Maximales
1 Diplôme

Être titulaire au minimum d’un diplôme de niveau Maitrise/Master en

genre, sociologie, droit ou autre discipline pertinente

10
2 Expérience

Au minimum 5 ans d’expérience pertinente dans le domaine de genre

et des droits humains, y compris dans le domaine de femmes, VBG et autonomisation économique des femmes (15)

– Disposer d’une antériorité de réalisation participative et de rédaction

d’au moins 2 études pertinentes, documentées, de, y compris leur

rédaction, dans le domaine des  violences basées sur le genre (15) ;

– Expérience de réalisation dans le contexte de conflit (10)

– Connaissance de la zone du projet (10)

– Expérience de travail avec les Nations Unies sur les questions de droits

humains et du genre (10)

– Compétences linguistiques (10): Français (4) ; Sango, Lingala, Ngbandi, Mono (4) Anglais(2)

60
3 Compréhension de la mission et approche méthodologique

Bonne compréhension de la mission dans ses objectifs, son contexte, en particulier les

parties prenantes et ou intéressées (15 points)

Formulation pertinente de l’approche de mise en œuvre de la mission,

précisant les sources documentaires requises, les parties prenantes et/ou

intéressées à consulter les méthodes de travail, avec une articulation

progressive et cohérente, entre les résultats de départ, intermédiaires et

finaux, soutenu par un chronogramme de travail adapté à la durée de la

mission, et tenant compte du contexte de la formulation ainsi que de la

mise en œuvre des résultats de l’étude (15 points)

30
TOTAL 100

 

  1. Évaluation financière

Après vérification de l’adéquation entre les propositions financière et technique, chaque offre financière (F) recevra une note financière (NF) calculée par comparaison avec la proposition financière la moins disant (Fm) de la manière suivante : NF = 100 x Fm /F (F étant le prix de la proposition financière).

  • Note finale :

Pour finir, les propositions seront ensuite classées en fonction de la note totale pondérée : Note Globale = 0,7*Nt + 0,3*Nf. L’offre sera adjugée à l’égard de la soumission ayant obtenu la note totale pondérée la plus élevée tout en tenant compte des principes généraux du CIAUD-Canada (coût et efficacité). Le CIAUD ne s’engage en aucun cas à choisir forcément le ou la consultant(e) offrant le plus bas prix.

  1. Échéance de réalisation des livrables de paiement
Délivrables Échéances en jours de travail effectifs cumulés Paiement en pourcentage du montant total du contrat
Livrable 1 : Un rapport initial intégrant une méthodologie détaillée de la mission, un plan de travail avec ;chronogramme, et le mapping des documents existants 5 jours de travail effectifs

 

20%

 

Livrable 2: Rapport intermédiaire comprenant la version provisoire de l’étude qui sera présentée pour consultation et enrichissement par le groupe de référence 20 jours de travail effectifs après la date de la validation du rapport initial

 

60%
Rapport final de mission comprenant la version consolidée de l’étude

 

5 jours de travail effectifs après la date de la validation du rapport intermédiaire 20%
TOTAL 100%

 

Dossier de candidature :

Pour postuler : dépôt physique des documents sous-pli fermé au plus tard le 7 juillet 2022 à 17 heures 00 minutes au bureau du CIAUD/Gbadolite, sur l’avenue Kinshasa, N°15 non loin de l’école racine.

Par email : ciaud-rdc@ciaud.ca, en indiquant en objet le post.

Emplacement